image de fond représentant l'hexagone de volum sur fond noir

Comment la démocratisation du télétravail a renforcé Volum

29 décembre 2020

  • L'avenir des bureaux
  • L'immobilier de bureaux

« La plupart des salariés aspirent à une plus grande flexibilité dans l’organisation du travail et à la mise en place de solutions personnalisées » Harvard Business Review. 

Beaucoup de questions se posent depuis la crise et la sortie du confinement concernant les entreprises et leurs bureaux. Comment allez-vous louer des bureaux sachant que la plupart des salariés sont en télétravail ? Les entreprises ont-elles encore besoin de bureaux ? Les entreprises ont-elles encore le budget pour se permettre de déménager ? Est-ce la véritable priorité ? 

Voici de bonnes raisons de se dire que l’immobilier de bureau n’est pas en bonne santé en ce moment. Et l’on peut être amené à penser que de nombreuses entreprises ont fermé leurs bureaux parce qu’elles n’en ont plus besoin. Certaines d’entre elles sont passées d’un extrême à l’autre, c’est-à-dire du 100% présentiel au 100% télétravail. Des entreprises ont donc fait le pari osé de se délester de leur bureau au profit du télétravail. 

« Les personnels se connaîtront moins, ne se croiseront plus guère. L’entreprise abaissera ses charges à court terme, mais risque d’y perdre son identité et de sa force. Les employés bénéficieront de plus de liberté, mais souffriront de plus de solitude, de moins de dynamique collective » Les Échos.

D’où la nécessité de conserver ses bureaux !

Passer d’un extrême à l’autre n’est pas la solution choisie par tous, appréciée de certaines entreprises telles que Fizzer (application de cartes postales), Platform.sh (solution de cloud B2B), Whodunit (création ou maintenance de sites) ou encore O’Clock (formation de développeur web), ce modèle n’est pas le bienvenu dans toutes les sociétés. Le 100% remote ou télétravail concerne des secteurs particuliers et précis qui n’ont pas le besoin de bureaux physique pour accueillir leurs partenaires ou leurs clients. Plus encore, au sein de ces entreprises, les collaborateurs ne sont pas dans l’obligation de se voir au quotidien afin d’échanger sur les différents projets, mais davantage de se rendre sur les sites et chez leurs clients. 

Toutefois, la plupart des entreprises auront toujours besoin de bureaux pour plusieurs raisons :

  • Lieu de socialisation pour les salariés

  • Lieu de rencontre et d’accueil pour les clients et les partenaires

  • Vitrine de la marque employeur, notamment pour les recrutements

C’est pourquoi le flex office s’est généralisé laissant place à la liberté de choisir entre télétravail ou présentiel en alternant entre son bureau et les espaces collaboratifs. 

En adoptant le flex office, de nombreuses entreprises ont réduit la taille de leur bureau et de ce fait ont réalisé des économies d’échelle. Grâce à ce modèle, plus besoin d’avoir autant de postes que de collaborateurs (open-space, espace collaboratif, etc.). Les critères ont changé et évolué puisqu’il faut repenser les espaces désormais. 

Dès un lors un nouveau besoin est né auprès des entreprises en recherche de flexibilité quant à leur mode d’organisation et leur recherche de bureau. Au-delà du flex office qui a élu domicile au sein des entreprises, ces dernières souhaitent avoir accès à des bureaux de manière simple et flexible. 

« Le Covid fera peut-être plus pour la culture d’entreprise que vingt ans de fausses révolutions managériales » Les Échos. 

L'immobilier de bureau transformé

Aujourd’hui, le bail 3-6-9 peut effrayer les entreprises, surtout à la suite de la crise et du confinement. 

Qu’est-ce que le bail 3-6-9 ?

Il s’agit d’un contrat de location signé entre le propriétaire d’un bureau et une entreprise. Une fois signé, le locataire se doit d’occuper les lieux pour au moins 9 ans. Le locataire peut résilier ce contrat de location tous les 3 ans, d’où l’expression « bail 3-6-9 ». Toutefois, il doit respecter un délai de préavis de 6 mois. 

Le risque étant d’être en quelque sorte bloqué avec un contrat long terme issu d’un modèle obsolète. Aujourd’hui, les utilisateurs recherchent un bureau comme un outil au service de l’entreprise, leur offrant un gain de temps et une maîtrise de leur trésorerie. L’essor des opérateurs a mis en lumière le contrat de prestation de service et est de plus en plus recherché par les utilisateurs. En proposant un contrat de prestation de services, cela permet de diversifier les actifs afin de répondre aux nouvelles attentes du marché locatif.

Et maintenant ?

Volum répond donc à cette problématique en proposant des contrats flexibles de 12 à 36 mois et en intégrant de la prestation de service pour une trésorerie simplifiée. Gratuit, simple et rapide, Volum met à disposition un service permettant de trouver des bureaux aux conditions de location simplifiées et aux services sur-mesure. Afin d’affiner les recherches de bureaux et de répondre aux besoins, Volum accompagne chacun des clients tout au long du process (du lieu aux visites, jusqu’aux meubles et prestations de service). On comprend alors que ce type de contrat est devenu incontournable pour les entreprises aujourd’hui. 

Fanny_2.jpg.png

Fanny Lambert

Community Manager